Ministère de l'Eau
et de l'assainissement

Téléphone +221 33 869 61 30

Missions & Attributions

Attributions

Le décret n°2012-429 du 04 avril 2012 a institué le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, consacrant ainsi l’unité institutionnelle du secteur. Stabilisée depuis la création du département dans sa configuration actuelle, cette unité assure une meilleure visibilité du pilotage de la politique sectorielle qui occupe une place centrale dans la nouvelle vision du Chef de l’Etat.

Le changement de dénomination subséquent au premier attelage gouvernemental après l’élection présidentielle de 2019 qui a introduit le terme « Eau » en lieu et place de « Hydraulique » traduit un alignement avec la philosophie des ODD basée sur une approche holistique de la ressource faisant intervenir le concept du cycle de l’eau.

Ministère présentation

Missions

  • Il est responsable de l’approvisionnement en eau potable des populations en milieu rural, urbain et périurbain. Il est chargé de la réalisation, de l’exploitation et de l’entretien des ouvrages hydrauliques.
  • Il est chargé de la définition et de l’application des politiques tarifaires en matière d’adduction d’eau potable.
  • Il assure la tutelle de la Société nationale des Eaux du Sénégal (SONES), de la Société d’affermage chargée de la gestion et de l’exploitation de l’hydraulique urbaine et de l’Office national des Forages ruraux (OFOR).
  • Il assure la valorisation du potentiel hydrographique national et veille à la disponibilité en eau pour la satisfaction des besoins de l’agriculture, sur l’étendue du territoire national.
  • Il assure la tutelle de l’Office des Lacs et Cours d’eau.
  • Il est responsable de la politique de l’assainissement et en synergie avec le Ministre chargé de la restructuration et de de la requalification des banlieues, participe à la réalisation de réseaux de drainage des eaux de pluie et de la réalisation des aménagements y afférents.
  • Il s’assure de la réalisation et de l’entretien des équipements permettant la collecte, l’évacuation et le traitement des eaux usées et pluviales. A cet effet, il assure la tutelle de l’Office national de l’Assainissement du Sénégal (ONAS). A ce titre, il veille à la collecte, au transport et au recyclage des déchets liquides domestiques et industriels.
  • Il est chargé également de la réalisation et de la préservation du réseau hydrographique national.

Contexte

L’action ministérielle s’inscrit dans une recherche de mise en cohérence permanente entre les visions, stratégies et priorités aux niveaux global, régional et local en vue de l’atteinte des objectifs de fourniture de services sécurisés d’eau potable, d’assainissement, d’hygiène et de promotion de la gestion intégrée des ressources en eau.

Au plan international

 

  • Le nouvel agenda pour le développement durable lancé en 2016 à travers 17 ODD avec une place stratégique dédiée à l’eau et l’assainissement (ODD6);
  • La mise en place d’un cadre global harmonisé de monitoring avec les plateformes telles le GEMI, JMP, GLAAS pour converger les efforts des partenaires stratégiques autour d’acteurs moteurs comme la FAO, ONU Eau, OMS, UNICEF pour la mise en place d’un cadre d’action et de suivi des ODD ; 
  • La mise en place de plateformes de plaidoyers et de soutien (High Level Panel on Water, Panel de Haut niveau Eau, Paix et Sécurité, Sanitation and Water for All, etc.) aux Etats pour accélérer la cadence et les engagements nationaux ainsi que des institutions stratégiques pour l’atteinte des cibles de la feuille de route pour 2030.

Au plan national

 

  • Le déploiement effectif de la phase 2 du PSE avec la consolidation d’un nouveau PAP qui a été ajusté en 2020 dans une perspective de relance accélérée de l’économie nationale, fortement secoué par les effets liés à la Covid-19 ;
  • La tenue en 2022, au Sénégal de la 9ème édition du Forum Mondial de l’Eau, plus grand événement rassemblant les différents acteurs de la communauté de l’eau. Il est organisé tous les trois ans depuis 1997 par le Conseil Mondial de l’Eau, en partenariat avec un pays hôte et offre une plate-forme unique où la communauté de l’eau et les décideurs clés peuvent collaborer et établir des plans d’action à long terme sur les défis de l’eau dans le monde ;
  • Le lancement de la seconde édition des comptes nationaux de l’Eau sur la base de l’outil TrackFin, avec l’appui de l’OMS, avec la validation de la première édition portant sur les exercices 2014 à 2016, pour couvrir la période 2017-2019. Avec cet instrument, aligné à la cible 6.a des ODD, le Sénégal dispose d’une méthodologie standardisée de suivi des flux financiers dans le secteur ; ce qui contribue à renforcer les outils de gouvernance et de gestion transparente des financements pour soutenir les prises de décision ;
  • La finalisation de l’évaluation de la réforme de l’hydraulique rurale en application de la directive présidentielle relative à l’évaluation critique du processus de mise en place, de l’analyse des résultats des délégataires de service public et du fonctionnement de l’Office des Forages ruraux ;
  • Le démarrage de l’étude portant sur le mécanisme de renforcement du cadre de régulation du secteur de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des ressources en eau à travers une mission d’assistance technique soutenue par les partenaires au développement ;
  • Le démarrage de l’étude portant sur le mécanisme de renforcement du cadre de régulation du secteur de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des ressources en eau à travers une mission d’assistance technique soutenue par les partenaires au développement ;
  • Le démarrage de l’étude portant sur le mécanisme de renforcement du cadre de régulation du secteur de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des ressources en eau à travers une mission d’assistance technique soutenue par les partenaires au développement ;
  • Le démarrage de l’étude portant sur le mécanisme de renforcement du cadre de régulation du secteur de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des ressources en eau à travers une mission d’assistance technique soutenue par les partenaires au développement ;
  • Le démarrage de l’étude portant sur le mécanisme de renforcement du cadre de régulation du secteur de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des ressources en eau à travers une mission d’assistance technique soutenue par les partenaires au développement ;