Facebook Twitter Vimeo
Ministère de l’Eau
et de l’Assainissement

Accueil / Actualités / Actualités du ministère / Cérémonie de signature officielle du contrat d’affermage Etat du (...)

Cérémonie de signature officielle du contrat d’affermage Etat du Sénégal-SONES-SUEZ : discours de Monsieur Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal

La cérémonie de signature officielle du contrat d’affermage du service public de l’eau potable en milieu urbain et périurbain du Sénégal s’est tenue ce 30 décembre 2019 à l’hôtel Terroubi de Dakar.
Voici le discours prononcé à l’occasion par Monsieur Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal.

Publié le 31 décembre 2019

Mesdames, Messieurs les représentants des institutions parlementaires et consulaires,
Mesdames, Messieurs les représentants des Conseils d’élus locaux,
Monsieur le Président du Conseil d’Administration de la SONES,
Monsieur le Président du Conseil d’Administration de la société Eau du Sénégal, société de gestion du nouveau contrat d’affermage,
Monsieur le Directeur du Secteur Parapublic,
Monsieur le Directeur Général de la SONES,
Monsieur le Directeur Général du FONSIS,
Mesdames, Messieurs les Directeurs nationaux, Directeurs généraux, chefs de service,
Mesdames, Messieurs les représentants de SUEZ Groupe,
Mesdames, Messieurs les représentants du secteur privé, des organisations de la société civile et des organisations non gouvernementales,
Mesdames, Messieurs, chers invités,

Je voudrais me réjouir d’être avec vous aujourd’hui, à l’occasion de la signature du contrat d’affermage du service public de l’eau et du lancement de la nouvelle société SEN’EAU qui marquent un jalon important dans le processus de réforme institutionnelle de seconde génération du sous-secteur de l’Eau en milieu urbain au Sénégal.
Comme vous le savez, la réforme de première génération pour la gestion du service public de l’eau potable en milieu urbain a globalement connu un franc succès avec des investissements importants qui ont permis d’accroître la production d’eau qui est passée de 92 millions de m3 en 1996 à plus de 190 millions de m3 en 2019. Des performances similaires ont également été enregistrées dans la distribution et le développement de l’accès aux services avec un taux actuel de plus de 98% à l’échelle du périmètre affermé, sans compter les performances enregistrées dans le maintien de la qualité de l’eau fournie aux abonnés.
C’est donc le lieu de se féliciter du long compagnonnage avec la Sénégalaise des Eaux sur une durée globale de 23 ans à travers un contrat d’affermage initial de 10 ans prorogé par dix (10) avenants successifs dont le dernier prend fin demain, 31 décembre 2019. Merci à la SDE et à ses agents pour cette collaboration.
Ce succès, nous le devons aux acteurs (l’Etat, la SONES et la SDE) ; nous le devons donc à une vision politique éclairée qui a su mettre en lien et en synergie secteurs public et privé.
C’est le lieu aussi de remercier nos partenaires au développement dont l’accompagnement et le soutien au secteur de l’eau ont été déterminants dans cette belle réussite.
SUEZ Groupe, le partenaire technique de référence qui a été sélectionné a ainsi satisfait aux exigences du dossier d’appel d’offres et une étape de mise au point du contrat a été conduite de manière très objective. Cela a permis de sauvegarder au maximum les intérêts de la partie sénégalaise tout en offrant au partenaire un cadre opérationnel et financier optimal pour exécuter de manière efficiente le nouveau contrat sur les 15 prochaines années.
Du reste, vous aurez remarqué de vous-même, à travers les vidéos-présentations faites, la très grande expérience spécialisée développée par SUEZ Groupe dans la chaîne de valeurs de l’Eau et plus particulièrement dans la gestion des services d’eau potable. Ceci est un avantage comparatif pour l’exécution professionnelle du futur contrat au bénéfice exclusif des Sénégalais ; le Gouvernement y veillera.

Mesdames, Messieurs,

En lançant, en 2015, la réforme de seconde génération, l’Etat cherche, à travers une évaluation préalable de la première réforme et une remise en concurrence de l’affermage du service public de l’eau par voie d’appel d’offres international, à consolider les bases de la gouvernance et des performances du secteur.
Les lignes directrices définies par le Gouvernement dans la conduite de cette réforme de seconde génération ont clairement révélé le besoin de capitaliser et d’amplifier les leçons apprises de la première opération en renforçant le partenariat public privé, le maintien du niveau élevé d’accès aux services d’eau et le développement de fortes synergies eau-assainissement.

Ces orientations sont parfaitement alignées avec les agendas du Droit Humain à l’eau, des Objectifs de Développement Durable et du Plan Sénégal Émergent, notamment en sa phase 2 marquée, notamment par les 5 accès universels incluant celui aux services d’eau et d’assainissement.
La réforme de seconde génération marque une évolution qualitative dans le cadre contractuel avec un renforcement du modèle concessif de l’affermage qui se traduit par un accroissement des volumes d’investissement à la charge du fermier.
Cette augmentation en volumes des investissements à la charge du nouveau fermier se fera également avec un retour au régime de l’amortissement de caducité ; ce qui permettra d’éviter désormais l’accumulation de valeurs résiduelles à devoir rembourser au fermier sortant en fin de contrat. Pour vous donner un ordre de grandeur, je vous fais remarquer que la valeur résiduelle à devoir rembourser au fermier sortant de fait de l’abandon de l’amortissement de caducité au profit de l’amortissement linéaire, au titre du contrat en cours, est provisoirement évaluée à plus de 26 milliards FCFA.
Au chapitre des réalisations, il est important de souligner que l’environnement sectoriel va connaitre des avancées significatives, notamment avec la mise en place d’infrastructures stratégiques et résilientes pour garantir la sécurité de l’eau avec des projets phares tels que la troisième usine de traitement d’eau potable de Keur Momar SARR (KMS3), l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles à Dakar, la réalisation de réservoirs de stockage stratégique. Ainsi, ce sont près de 500 milliards FCFA qui ont été mobilisés pour faire face à ces nouveaux investissements structurants.
La réforme de seconde génération, voulue par le Chef de l’Etat, le Président Macky Sall, marque aussi, une évolution qualitative dans le cadre contractuel avec un renforcement du modèle concessif de l’affermage qui se traduit par un accroissement des volumes d’investissement à la charge du fermier, qui va dorénavant contribuer au renforcement de la célérité dans les opérations d’exploitation, mais également et surtout à améliorer la qualité du patrimoine.
Je voudrais, à ce titre, relever les améliorations notables apportées dans la gouvernance du contrat avec un renforcement encadré des mécanismes de contrôle du fermier par le concessionnaire, la formalisation consensuelle des protocoles de partage des données, la clarification des missions des dispositifs de suivi et de contrôle du contrat. Toutes ces mesures vont contribuer à réduire fortement les risques de contentieux et faciliter un travail collaboratif performant entre l’Etat, Autorité Délégante ; la SONES, Concessionnaire ; et SEN’EAU, Société d’exploitation et de gestion.
Aussi, cette remise en concurrence du contrat d’affermage du service public de l’eau a permis de baisser le prix exploitant de l’eau, qui va passer de 364,7 FCFA, actuellement, à 298,5 FCFA ; soit un gain de plus de 66 FCFA par m3 et plus de 200 milliards FCFA sur la durée du contrat.
Cette économie permettra ainsi à l’Etat de revoir en profondeur la structure de financement des services en relevant la redevance dédiée à l’assainissement urbain pour renforcer l’équilibre financier de l’ONAS, de consolider le prix patrimoine de SONES afin de mieux sécuriser son équilibre financier, de baisser le poids très lourd du tarif de l’Administration centrale et de générer des ressources pour financer la surveillance de nos ressources stratégiques en eau.
Nos compatriotes peuvent donc être rassurés.
Le prix de l’eau à l’usager ne connaîtra pas de hausse le 1er janvier 2020. En lieu et place, c’est une meilleure qualité du service qui nous engage tous.

Mesdames, Messieurs,

Le capital social de SEN’EAU a été portée à 6 milliards FCFA contre 3 milliards FCFA pour la société actuelle pour mieux prendre en charge les nouvelles orientations du contrat vers plus d’investissements de renouvellement du fermier afin d’améliorer la qualité de l’exploitation.
La nouvelle société de droit sénégalais chargée de la gestion du contrat d’affermage présente une géographie du capital social fortement remaniée, en faveur de la partie sénégalaise par rapport au contrat en cours. En effet, le partenaire technique de référence, SUEZ Groupe,détient 45% du capital de la nouvelle société contre 57% pour le partenaire du contrat qui s’achève, le reste du capital étant réparti entre l’Etat du Sénégal à hauteur de 24% contre 5% dans le contrat actuel, les travailleurs du secteur 11% et le secteur privé sénégalais 20%.

Il est aussi important de préciser que, par la volonté du Chef de l’Etat, la part réservée aux salariés du secteur a été portée à 11% en lieu et place des 5% initialement prévus dans le dossier d’appel d’offres. Les employés de SEN’EAU se retrouvent ainsi avec 8% du capital social, les 3% restants étant répartis de manière égale entre ceux de la SONES et de l’ONAS.
Pour ce qui concerne les actions de l’Etat, le Président de la République a désigné le FONSIS pour les détenir conformément aux missions de cet instrument stratégique mis en place par le Gouvernement. Cette option donne également un nouvel élan à la réforme en ce qu’elle fonde une gestion intelligente et orientée vers l’efficience des services publics.
Je voudrais saisir cette occasion pour inviter les partenaires sociaux à œuvrer tous ensemble pour bâtir le meilleur climat socio-professionnel et développer une collaboration sans faille avec la nouvelle équipe dirigeante afin de relever les grands challenges qui se profilent à l‘horizon.

Monsieur le Président du Conseil d’Administration,
Madame la Directrice générale,

Je sais que vous mesurez pleinement les grandes attentes autorités et du peuple sénégalais par rapport à ce nouveau contrat d’affermage. Je vous souhaite bon vent dans cette grande entreprise que vous aurez la lourde tâche de piloter avec une équipe très professionnelle.
Mesdames, Messieurs,
Pour sa part, le Gouvernement a déployé depuis un (01) an, toute une batterie de stratégies et de mesures pour garantir, au premier janvier 2020, une continuité parfaite du service à travers une transition efficace vers le nouveau régime d’exploitation.
J’engage à nouveau la SONES et la nouvelle société de gestion à tout œuvrer pour assurer la continuité et l’amélioration du service public de l’eau à tout le périmètre affermé. J’invite également les usagers du service et tous les partenaires à nous accompagner dans cette transition vers un service public de l’eau et de l’assainissement toujours plus performant.
Je profite de cette tribune qui m’est offerte pour vous souhaiter à tous une très bonne et heureuse année 2020 pleine de santé, de prospérité, de santé et de paix pour vous et vos familles.

Je vous remercie pour votre écoute attentive.